Révons la roue

Oscar se souvient bien, c'est finalement encore récent, a peine 6 mois et cela s'est répandu à la vitesse de la lumière, ce materiau textile dérivé du fil de la toile des araignées, fabriqué par des protéines dont on a modifié l'ADN pour le produire "au kilometre" et l'utliser comme tout filament basique d'imprimante 3D. Ce fil est juste 1000 fois plus léger a résistance égale, hydrophobe, et a la structure moleculaire plus fine qu'une molecule d'hydrogène... Et cela a TOUT changé; non seulement on pouvait imaginer des formes hyper legeres resistantes, durables et recyclables (ce ne sont que des protéines apres tout !), mais ces formes pouvaient intrinsequement "capturer" de l'hydrogene pur sans surcout. c'etait le chainon manquant, le déclencheur d'une revolution industrielle et énergetique, quand on sait que la densité energetique de l'hydrogene est le TRIPLE du diésel.

Maintenant, quand on s'habille le matin, Chacun peut "gonfler" ses vetements à l'hydrogene : 1kg (soit 33kWh donc !) suffit pour alimenter en energie les 3 ou 4 "smarties" (objets sur soi connectés la montre, la ceinture, un pin's, le bonnet et bien sur le vieux smartphone dans la poche) mais aussi et surtout tous les moyens de locomotion que Oscar va emprunter dans sa journée... 

Oui TOUS, car depuis la grand chambardement, chacun est responsable de produire, stocker et apporter l'energie qu'il lui faut pour se déplacer, en bus, en métro, en train, en voiture ou en avion, et bien sur en iWheel aussi (et dire qu'on pensait qu'Apple préparait une voiture autonome ! LOL !). Tous les bureaux de tabac ont laissé tombé les cigarettes electroniques pour les cartouches de recharge d'hydrogène, c'est dire ! Et, cerise sur le gateau, Oscar peut choisir son parfum et decider de l'odeur que l'hydrogene - et ses rejets - emettra....

Mais Oscar aujourd'hui a d'autres préoccupations. Il a une journée compliquée, il se la remémore en tapotant la surface tactile de sa gyroroue qui ronronne tandis qu'un decilitre d'hydrogene est pompé dans le réservoir de son iwheel (soit 3kWh ndlr)

Alors, il doit d'abord ramener le wagon "Carrefour" (par nostalgie, ils ont gardé la forme d'un vieux caddie !) - fraîchmeent rechargé chez lui -  au centre commercial, pour arreter de payer sa location. Les americains appellent ces modules suiveurs 2 roues autotractées tout simplement "car", mais en francophonie, ce sont des wagons ou des "wags" pour les ados, c'est plus cool. 

Puis il ira travailler, a 20km de là (vivement qu'il change de job pour ne plus a avoir aller aussi loin, mais bon à 50km/h de moyenne ca fait a peine 25 minutes, le temps de son podcast préféré !). A midi il reservera un wagon de l'AMAP avec sa commande préparée et le recupererera au passage en sortant du bureau.

Il faut qu'l pense a réserver un wagon "passagers 100kg" à l'espace multimedia pour recuperer sa fille Julie, 13 ans qui rentre avec lui de sa leçon de musique, en effet il faut avoir 14 ans et 6 mois pour piloter une iwheel apres 10 heures sur simulateur à passer tous les niveaux du jeu associé (et donc tous les pièges qui bien sur, sont personnalisés selon son profil psychologique). 

Enfin ce soir, c'est soirée en amoureux. pour eviter de se chamailler pour savoir qui se mettra dans le wagon suiveur passager, il a recemment acheté le petit carenage biplace imaginé par les stylistes de  "Harley Davidson", pour leur rappeler leurs escapades de jeunes adultes ! en 5 secondes il se fixe sur l'iwheel par magnetisme ! C'est d'ailleurs pour cela quil a payé les 2500 Euros du modèle Apple (de base, avec le moteur de 2kW mais 1Po (oui, Penta Octets !)  de stockage roulant, offert par la marque iconique qui a, encore une fois réussi son pari de révolutionner un pan de nos vies). Malheureusement  les modèles open source du collectif universel freewheel, à moitié prix, ne peuvent utiliser les carénages de marque compatibles iwheel... Evidemment et il n'a pas le temps de s'en faire une copie pour lui même. il faudrait qu'l demande à son fils de 19 ans qui passe ses nuits avec un scanner 3D pour vendre les "objets" dans le metavers...

Rève ou cauchemar ?

Alors oui, ce narratif est un peu trop "futuriste" et beaucoup trop dystopique pour être vrai. Il ne qualifiera pas comme réponse au challenge, mais en est on si loin ? en dehors du textile revolutionnaires, les "briques" techno sont là; il "suffit" de les mettre en oeuvre sur une vision qui répond aux défis actuels et la voiture deviendra complètement "has been".

Ainsi, nous sommes convaincus qu'avec un peu d'astuce, d'air frais, de l'audace, et un raisonnement systèmique, on peut s'approcher d'une telle expérience fluide, sans contraintes, et passer avec impatience a des modes de locomotion légers, efficaces et sobres.

 

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK

Contenu sous licence creative commons CC BY-SA